« Parmi les personnalités les plus marquantes de cette soirée, citons la mezzo Ambroisine Bré (…) projetant sa voix suave et pleine de couleurs, maîtrisant ses graves et offrant de belles ruptures »

bachtrack.com - Compte rendu Paris Opéra Compétition 2017 – Janvier 2017

 

 

« Ambroisine Bré aussi capiteuse lullyste que Chérubin mozartienne »

Resmusica.com - Alceste de Lully à Beaune: La leçon de musique des Talents Lyriques - Juillet 2017

 

« À Ambroisine Bré et sa pianiste Qiaochu Li revient le Grand Prix de Duo. A nouveau, son intense musicalité et sa profonde simplicité forcent l’admiration. Elle se révèle autant à son aise dans Lili Boulanger (Reflets) que Sibelius, Duparc (une très émouvante Chanson triste) que Poulenc (Nos souvenirs qui chantent, d’une élégance et d’un charme prégnants) ou Kurt Weill (Surabaya Johnny) et parvient à créer un merveilleux espace poétique dans l’ouvrage de B. Mernier, finement secondée par le clavier de Q. Li. La mention spéciale pour l’interprétation du Sonnet de B. Mernier revient d’ailleurs au duo Bré-Li.

Concertclassique.com - Finale du 9ème concours de chant-piano Nadia et Lili Boulanger - Octobre 2017

 

« C’est un spectacle bouleversant ! (…) Ambroisine Bré s’y montre exceptionnelle dans un rôle de femme d’aujourd’hui, au bout du rouleau, perdue et lucide à la fois. Sa performance vocale et théâtrale est la marque d’une grande artiste. » 

journalzibeline.fr - Vanda, opéra de chambre de Lionel Ginoux à la Chartreuse – Mai 2018

 

« Pour sa première venue au Festival, la mezzo-soprano dompte instantanément l’espace par un long crescendo, montrant dès les premiers instants une voix ample et projetant avec aisance. Très vibrée, elle se fait rapidement incandescente, les « r », bien roulés et légèrement appuyés, paraissant comme autant de petites flammèches attisant des volutes sonores aiguisées. Veloutée et ronde dans les médiums, elle se tend en des aigus cuivrés (…) qui s’arbore d’une couleur de sopraniste en des notes légères et frétillantes (…) s’élevant diaphanes en voix de tête. »

Olyrix.com - Histoire d'Apaches à Montpellier avec Ambroisine Bré – Août 2018

 

 

« Son agilité sur toute la tessiture met en valeur les lignes mozartiennes richement ornées du Laudamus te. Son timbre florissant et précis dévoile la grâce mélodique de l’air, dans le style des airs d’opéra. Elle concerte avec la soprano lors du duo Domine, apportant la chaleur de son timbre de mezzo et des aigus affirmés. »  

Olyrix.com - Grande Messe de Mozart par Minkowski à la Philharmonie – Décembre 2018

 

« Ambroisine Bré, est convaincante, par sa musicalité et par sa diction ; on attendra donc avec intérêt de la découvrir dans les opéras que ces cantates ne font que promettre d’un peu trop loin. »

Resmusica.com – Christophe Rousset défend le baroque français à Berlin - Décembre 2018

 

« La jeune chanteuse Ambroisine Bré a déjà beaucoup fait parler d'elle sur ces pages (et elle continue sur cette voix) : Après sa révélation par l'Adamison triomphe aux Mozart de l'opérason succès aux Voix Nouvelles 2018, ses Histoires d'Apaches à Montpellier et la venue d'enfants nombreux à l’Opéra de Reims pour la création du Miroir d’Alice... Outre Cannes, elle sera également à l'affiche de trois événements mozartiens très attendus : la Messe en ut à la Philharmonie de ParisLa Clémence de Titus par Christian Schiaretti à Tourcoing et l'envoûtante Flûte enchantée par Romeo Castellucci lors de son passage à Lille.

C'est ainsi une voix prometteuse qui prête son souffle nouveau à un compositeur resté trop longtemps silencieux... 

La verve est aussi celle, sensuelle et bucolique, fleurissant dans les salons XIXe siècle. Le "Papillon bleu" volette vers "Mignonne puisque c'est l'automne", "Le chemin creux" mène à "Emina ma belle". Les roses s'y effeuillent comme les lèvres. Le registre mezzo d'Ambroisine Bré, bien arrondi dans les graves et sachant fuser aussi bien que voleter vers l'aigu en conservant son ancrage, sied merveilleusement à cet univers terrestre et céleste.

Dans le pays du Contraste, Eugène Anthiome fait déguster le nectar et l'Ambroisine… »
Olyrix.com - Le Contraste d'Eugène Anthiome : le nectar et l'Ambroisine – Décembre 2018

 

« Ambroisine Bré nous émut en Syrinx autant qu’elle nous fit rire en Iris, dans une délicieuse scène de marivaudage avec Mercure »
Telerama.fr - Lully et Haendel en majesté au Festival de Beaune – Juillet 2019

 

"La mezzo-soprano Ambroisine Bré [...] laisse éclater, dans une diction claire, des aigus riches sur les syllabes finales du premier Magnificat."

Olyrix.com - J.S. Bach, Magnificat (Les Talens Lyriques, Chr. Rousset) - Novembre 2019

© Ambroisine Bré - All rights reserved

AGENCE

Sorek Artists Management (link)

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram